Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
DANS LE DESERT DU BAR

Nous étions innocents à dessiner les prochaines ruines sur nos corps

18 Avril 2013 , Rédigé par LSARAH DUBAS Publié dans #Peau & tics

CCCC

 

Nous étions innocents à dessiner les prochaines ruines sur nos corps


nos doigts animals renversent la ville
les rues égarées oscillent en dépression donnent une précision mathématique à chaque question

 

nous avions l’œil bleu du cœlacanthe                                                                                                                     nous savions déjà tout ce qu’il est possible de savoir

 

au soleil de minuit                                                                                                                                          

la charité vient toujours trop tard                                                                                                                      

ne m'abandonne pas au fond de tes morts

 

mouvements du noir bourdonnent sur les tempes                                                                                                     un certain luxe eût été nécessaire

un regard entre les fous et les brutes les femmes aux routes défoncées

il fallait se rendre

à l’évidence

au dernier verre

à l'effondrement aux bulldozers

à tout ce qui nous vendange

à la beauté des cours intérieures

aux rayons lumineux
géants des forêts
aux parfums de ta bouche
géants des ruisseaux

ta verité oscille
vers les vents rouges scintillants de septembre
l’ortie de ta nuque

alors je garde toujours une grenouille dans la main gauche
une châtaigne dans la main droite

je suis un tiers monde un monde un cercle
un simple trait deux dates
mon héritage dort aux pieds des bouleaux
depuis longtemps déjà
l'été 42

j’aimerais réduire les distances les points de suspension

la chambre imprégnée d’eau qui s’écroule
le ciel en décomposition qui se voile

les étoiles flottent dans la baie de Naples
des pans entiers de rêve se décollent
lentement dévoilent le réel
on peut y entendre un reste de bleu souvenir lointain de ce qui fût                                                                             le Cortège chevauche à présent en horizon des chevreuils des vers luisant des carpes d’or                                                des sortilèges des roses d’argent

demande moi si

tu lui ressembles dans tes paysages rouillés tes lacs ensommeillés ton corps enflé d’incertitudes
la douleur trouve toujours un cadre à l’intérieur

ta grâce de Salamandre ta parole de Banquet et d’hydromel tous tes sentiers même les plus sombres mènent t-ils au divin
dans tes parfums de nouveau né et de fleur d’oranger la mort s’en va respirer ailleurs

tout existe tout recommence
tes doigts sur la harpe 
 

sur la mousse le temps n’oublie rien

 

2013

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article