Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
DANS LE DESERT DU BAR

Vases Communicants d'octobre 2012

4 Octobre 2012 , Rédigé par LSARAH DUBAS Publié dans #Vases communicants

Tous les premiers Vendredi du mois, un échange poétique, littéraire, photographique avec un auteur  (Plus d'infos sur les Vases plus bas)         literary exchange every first Friday of the month

J'ai le plaisir d'accueillir pour ce Vase d'automne Jean-Marc Undriener dont fibrillations & autres arythmies explore au plus près la condition d’être, chemine sur l’essentiel, ce qui fait sens en creux, en passages obscurs, presque silencieux parfois, la voix n’en est alors que plus présente- Je ne fus pas étonnée dès lors de sa proposition pour cet échange, sans thème énoncé mais tout en suivi de cadavres exquis ou presque…

Jean-Marc m’a donc envoyé sa première phrase, je lui ai répondu avec une autre phrase et ainsi de suite jusqu’à former ce que j’ai appelé un corps commun, un petit corps plein- 6phrases chacun- qui font 12 pour un petit train- Ci dessous le texte de Jean-Marc puis le texte commun                  

Mon texte puis les deux voix là >>>jusqu’à ce que l’encre ait absorbé tout le sang


 qu a force d

 qu'à force d' --

 

 qu'à force d'-- 

 

alors qu'une voix – trainée de poudre. de mots. poussière – cette voix. trouée et tombée de haut

 

on se cache. oui. on fuit et l'espoir avec. par tous les pores. on. ne tient pas longtemps – désossé et. tondu par l'amertume

 

alors qu'on n'est plus que de loin au monde. la voix c'est pour ça : moyen de tenir à ici – qui. s'échappe

 

alors qu'il reste peu. et dans ce peu  pas grand chose d'allumé – et qu'à force de regarder on s'y  cogne les yeux – brûlent

 

et peut-être même pas – épaisseur renouvelée de. la nuit trop. dense pour faire comme si alors. cette nuit à bout. au bout – si au bout qu'on ne voit plus et

 

qu'en fait de voix il ne reste que. le nom. l'ombre d'elle – pas plus. à force de coller au vide. la voix bue. par les mots-mêmes. la voix sans. voix sans un

 

 

JMU>1   LSD>2

 

alors qu'une voix – trainée de poudre. de mots. poussière – cette voix. trouée et tombée de haut      

 

la foi s’abandonne animale cherche à consoler l’espoir amer caché dans les hautes herbes noires

 

on se cache. oui. on fuit et l'espoir avec. par tous les pores. on. ne tient pas longtemps – désossé et. tondu par l'amertume

 

désenchanté non pas de la vie mais de l’idée que l’on s’en fait une vérité s’éteint au crépuscule dans un champs désert les yeux bandés

 

alors qu'on n'est plus que de loin au monde. la voix c'est pour ça : moyen de tenir à ici – qui. s'échappe

 

murmure signe de vie les murs peu à peu se recouvrent de chaux murmure le soleil s’y éclate à nouveau entre les nuques baissées la lumière éblouit les hommes et les chiens hagards s’y réchauffent l’horizon

 

alors qu'il reste peu. et dans ce peu  pas grand chose d'allumé – et qu'à force de regarder on s'y  cogne les yeux – brûlent

 

brûlent les paysages lents et gris vois les choéphores déposer l’ambre et la mandragore te tendre ce  bleu dans le ruisseau que personne n’a vu et ce rêve orphelin qui ne demande qu’une nuit 

 

 et peut-être même pas – épaisseur renouvelée de. la nuit trop. dense pour faire comme si alors. cette nuit à bout. au bout – si au bout qu'on ne voit plus et 

 

l’écume qui surgit au réveil sauve le monstre une feuille posée là sur le chevet reconstitue l’odyssée  défend ce qui doit recoud les morceaux lentement pièce par pièce jusqu’à ce que l’encre ait absorbé tout le sang la ville décharnée de tes os la langue des corbeaux

 

qu'en fait de voix il ne reste que. le nom. l'ombre d'elle – pas plus. à force de coller au vide. la voix bue. par les mots-mêmes. la voix sans. voix sans un

 

voix sans écho répond au silence l’absence à l’absence et de la chambre violette toujours hors saison reste une prise de vue unique un seul plan de dos terminant l’oraison

 

(Les Vases Communicants, réseau d'échanges littéraires "Le Tiers livre" et "Scriptopolis" sont à l’initiative d’un projet de vases communicants : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d’un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre. La liste complète mensuelle des participants se trouve ici 

1) LES VASES d'octobre  

2) Synthèse visuelle  (Liminaire-Scoop.it !) 

3) Journal des VaseCO par Brigitte Celerier 

Un Merci chaleureux à Brigitte Celerier et Pierre Ménard pour leur synthèse mensuelle 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article