Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
DANS LE DESERT DU BAR

Vases Communicants de septembre 2012

6 Septembre 2012 , Rédigé par LSARAH DUBAS Publié dans #Vases communicants

Tous les premiers Vendredi du mois, un échange poétique, littéraire, photographique avec un auteur  (Plus d'infos sur les Vases en bas) literary exchange every first Friday of the month

 

Très heureuse ce mois-ci d'échanger avec Sabine Huynh, romancière poète traductrice...à l'origine de l'anthologie poétique mondiale de voix féminines francophones : "pas d'ici, pas d'ailleurs" en Septembre 2012, aux éditions Voix d'encre-  "La Mer et l'enfant" Son roman en cours de publication pour 2013, sortira aux éditions Galaade -

 

Le mot d'ordre annoncé pour ce Vase fut Une ville sans la nommer 

  Mon texte chez Sabine ici                                                                                    Quelque chose commence à s'écrire en l'absence du mot amour

 

Vous pourrez découvrir  "Elle, une ville sans la nommerune voix qui trace, un regard aigu attentif singulier pour nous donner toute l'émotion de la langue- Merci Sabine -

 


  playa.png

                                                         

 

 

 

Elle, une ville sans la nommer


Elle, n'est pas la ville où une fois la paix perdue aller l'amble était tout ce qu'il lui restait, la ville où les grenades de la guerre ont déchiqueté les cerveaux des habitants, la ville où les fourmis rouges géantes dévoraient les nouveaux-nés au fond des jardins, la ville de sang et de cendres où vivre était devenu impossible parce qu'interdit par la loi.

Elle, n'est pas la ville où une fois l'enfance perdue on grandissait trop vite à cause d'eux, la ville où les adultes pervers chassaient les enfants de chez eux, la ville où l'on disait que ses yeux grands ouverts ne voyaient jamais rien, la ville où les chiens malheureux se jetaient sous les trains, la ville de poussière et de ciment où les bancs publics étaient ses lits la nuit.

Elle, n'est pas la ville où une fois la mémoire perdue apprendre ne servait plus à rien, la ville où bégayer a mené au silence, la ville où parler était juste se faire violence, la ville où attendre l'aube avec les soûlards aidait à ne pas dériver, la ville où les artistes incompris se droguaient à mort, la ville de ponts et d'eau où la poésie des mots libérait peu à peu d'une solitude de plomb.

Elle, n'est pas la ville où une fois le premier amour perdu les amours libres ne réchauffaient pas le coeur, la ville où les enfants pervers menaient les adultes à leur perte, la ville où tout était effrayant mais où rien ne l'effrayait plus, la ville d'underground et de suie où l'on pouvait se transcender par la peau, le goût, la langue.

Elle, n'est pas la ville où une fois la vue perdue le calme est revenu, la ville où leur amour a mûri malgré les vents contraires, la ville où des inconnus donnaient plus d'affection que la famille, la ville où les amitiés précipitées ouvraient des abîmes meurtriers, la ville où un serpent de mer recousait le temps déchiré, la ville d'océan et de faux-trembles où les baleines chantaient chaque jour que l'on pouvait encore partir.

Elle, n'est pas la ville où les vies perdues font comprendre qu'on y tient, la ville où trop de foi nuit à la confiance en l'autre, la ville où l'on se dispute des clefs de portes à la taille inhumaine, la ville dont la lumière aveugle depuis trop longtemps, la ville de pierre, d'or et de bronze où les êtres caméléons disparaissent dans leurs vêtements de deuil.

Elle, n'est pas la ville où elle peut se perdre, elle est la ville sur la colline de son printemps retrouvé, la ville où son corps exulte et danse à nouveau, la ville où on la relève quand elle tombe, la ville de l'apaisement parce que la ville de la naissance de l'immense amour, la ville de verre et de mer où elle peut rebâtir ses châteaux de sable.


Sabine Huynh, Vase communicant du 7 septembre 2012

crédit photo ©Sabine Huynh 

 

 

 


(Les Vases Communicants, réseau d'échanges littéraires "Le Tiers livre" et "Scriptopolis" sont à l’initiative d’un projet de vases communicants : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d’un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre. La liste complète mensuelle des participants se trouve ici 

 1) LES VASES de septembre  

2)  Synthèse visuelle   

3) Journal des VaseCO par Brigitte Celerier

 Un Merci chaleureux à Brigitte Celerier et Pierre Ménard pour leur synthèse mensuelle 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Louise Imagine 08/09/2012 10:45

Magnifique texte...
Merci