Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
DANS LE DESERT DU BAR

Taedium vitae

24 Août 2011 , Rédigé par LSARAH DUBAS Publié dans #Fernando Pessoa

Au loin se distinguent les côtes Lisboètes. Etourdi par les heures de traversée, le voyageur qui choisit de ralentir le temps et d’ arriver par la mer, débarque sur la terre des navigateurs, silencieux. Le corps à l’envie, caressé par un vent tiède, déclare, mystique, son désir des beautés océanes. Pourtant, bientôt, arrivent une  nonchalance du geste, un visage immobile, un désenchantement, non pas de la vie, mais de l’idée que l’on s’en fait, un état des choses, une fatalité qui accompagne la langueur des terres chaudes. Taedium vitae, Lisboa, lieu d’un effondrement- Tu parles de palais en marbre, le passager te suit, nus pieds, respire les sens du temps, transporté sur des mousses légères. A la fontaine, il s’assoit. C’est ta tête, fillette meurtrie, qu’il berce jusqu’au repos- La vie comme un jour- La sensation de Lisbonne est la tienne. Ta musique sur les heures blanches fait à nouveau naître au monde. Rien ne sera plus comme avant.

 

 

@2006

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article